frémir


frémir

frémir [ fremir ] v. intr. <conjug. : 2>
• déb. XIIe; « gronder » XIIIe; lat. pop. °fremire, class. fremere
1Être agité d'un faible mouvement d'oscillation ou de vibration qui produit un son léger, confus. bruire, frissonner, vibrer. « tandis que le feuillage frémissait et que les joncs sifflaient » (Flaubert). Cuis. Être sur le point de bouillir. « Nous écoutions frémir l'eau dans la panse du samovar » (Colette). (1721) Cuire lentement à la limite de la température d'ébullition (liquides). Laisser frémir un court-bouillon.
2Être agité d'un tremblement causé par le froid, la peur, une émotion. « Le froid le tira de cette hébétude douce. Il frémit tout entier » (F. Mauriac ). « Il frémit, haletant d'effroi » (Green).
3 ♦ FRÉMIR DE... : ressentir une vive agitation morale, psychique sous l'action de. « tout mon corps frémit de plaisir » (Bernardin de Saint-Pierre). « frémir d'indignation ou d'espoir » (Martin du Gard).
Absolt Trembler d'horreur. C'est à faire frémir ! c'est horrible.
4(1985) Abstrait Être en légère progression. Les ventes ont frémi. reprendre.

frémir verbe intransitif (latin populaire fremire, du latin classique fremere) S'agiter avec un bruissement ; vibrer : Les feuilles frémissent sous la brise. Produire les premières petites bulles qui précèdent le point d'ébullition : L'eau frémit dans la casserole. Trembler convulsivement, notamment sous l'effet d'une vive émotion : Ses lèvres frémissaient. Frémir de honte. Être épouvanté ou très indigné : Cette histoire me fait frémir.frémir (citations) verbe intransitif (latin populaire fremire, du latin classique fremere) Virgile, en latin Publius Vergilius Maro Andes, aujourd'hui Pietole, près de Mantoue, 70 avant J.-C.-Brindes 19 avant J.-C. Je frémis en le racontant. Horresco referens. L'Énéide, II, 204frémir (synonymes) verbe intransitif (latin populaire fremire, du latin classique fremere) S'agiter avec un bruissement ; vibrer
Synonymes :
Trembler convulsivement, notamment sous l'effet d'une vive émotion
Synonymes :

frémir
v. intr.
d1./d (Choses) être agité par des vibrations accompagnées d'un bruissement léger. Feuillage qui frémit au vent. L'eau frémit avant de bouillir.
d2./d (Personnes) Trembler; avoir une réaction physique trahissant l'émotion. Frémir d'horreur.

⇒FRÉMIR, verbe intrans.
A.— [Le suj. désigne une chose]
1. Être agité d'un léger mouvement, généralement d'oscillation ou de vibration, qui produit un son faible, confus ou vibrant. La brise commençait de faire frémir les palmiers dans les jardins, leurs feuilles se froissaient avec un bruit d'acier (THARAUD, Fête arabe, 1912, p. 63). On abandonnait tout d'un coup cette sonorité sourde du névé qui frémissait toujours un peu sous les pieds (GIONO, Batailles ds mont., 1937, p. 290) :
1. ... Canivet allait administrer de la thériaque, lorsqu'on entendit le claquement d'un fouet; toutes les vitres frémirent, et, une berline de poste qu'enlevaient à plein poitrail trois chevaux crottés jusqu'aux oreilles, débusqua d'un bond au coin des halles.
FLAUB., Mme Bovary, t. 2, 1857, p. 175.
Spécialement
a) [En parlant d'un liquide] Être agité d'un léger frissonnement à l'approche de l'ébullition. Le thé, le café (...) Frémissent dans les bouilloires (RIMBAUD, Dern. vers, 1872, p. 152).
b) [En parlant de la mer] Commencer à s'agiter. J'ai vu le ciel se couvrir, la mer frémir et gronder, l'orage naître dans un coin du ciel (DUMAS père, Comte Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 166).
2. P. ext.
a) [L'accent est mis sur le mouvement et/ou l'impression visuelle] Être agité d'un léger mouvement d'oscillation ou de vibration. Dans le marronnier rose, c'est un laisser-aller bourdonnant (...). L'ombre et le soleil s'y mêlent, des taches bleues, des taches dorées, qui ne cessent de bouger, de frémir, comme frémissent les feuilles innombrables (GENEVOIX, Rroû, 1931, p. 35). — ... Votre corps est comme de l'ambre; et je vois sur vos hanches frémir des reflets pareils à ceux de la soie (GIONO, Poids du ciel, 1938, p. 10) :
2. ... comme c'est étrange, tout tremble. L'horizon tremble. Les voiles de l'estrade frémissent. Un frisson — regardez — court dans la peau de Cantaor. Mon Galgo — regardez — a un spasme qui ne s'arrête jamais, même quand il dort, dans le muscle de la cuisse postérieure droite : on croirait le clignotement éternel de la mer. Et à cette heure, vous le savez, les taureaux frissonnent du flanc contre les mouches.
MONTHERL., Bestiaires, 1926, p. 419.
[Le suj. désigne une lumière] Scintiller faiblement, vaciller. [Les] flammes des cierges (...) frémissent et pâlissent autour du catafalque en plein jour (BARRÈS, Cahiers, t. 9, 1912, p. 418).
PARAD. Onduler, palpiter, plier, trembler, tressauter, vibrer et frémir.
b) [L'accent est mis sur la vibration sonore et/ou l'impression auditive]
[Le suj. désigne le son, la source du son; gén. suivi d'un compl. de lieu] Retentir en produisant un son faible, confus ou d'une sonorité vibrante. Une cloche, une corde frémit. Les cymbales frémissent, le trombonne mugit (GAUTIER, Italia, 1852, p. 8). Dans les arbres, dans les fleurs, frémissaient les mélodies (CHÂTEAUBRIANT, Lourdines, 1911, p. 68).
[Constr. avec un compl. prép. de désignant le son, la source du son; le suj. désigne un lieu] Retentir de. Ils partent [les bergers] : l'air frémit de sons mélodieux, L'hymne de la naissance est chanté par les cieux (DELILLE, Paradis perdu, 1804, p. 343).
PARAD. Bruire, murmurer et frémir.
3. Littér. [Le suj. désigne une réalité non perceptible] S'animer, être animé d'une vie secrète. Le granit cherche à voir son maître, le rocher sent la statue en lui frémir et s'ébaucher (HUGO, Légende, t. 4, 1877, p. 497). Nous sentions frémir en nous des extases, des désirs, des aspirations étranges (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Modèle, 1883, p. 424). Une sensibilité obscure frémit dans ce que nous appelons les choses, et cette sensibilité ne diffère de la nôtre que par le degré (BOURGET, Ét. angl., 1888 p. 227).
B.— [Le suj. désigne un être animé, un ensemble d'êtres animés ou une partie du corps]
1. Frémir de qqc.
a) [Le compl. prép. de désigne une sensation ou un sentiment] Trembler de, éprouver vivement. Au bruit de tes ailes de flamme Je frémis d'une sainte horreur... (LAMART., Médit., 1820, p. 121). Il [le coureur de bronze] palpite, il frémit d'espérance et de fièvre, Son flanc halète... (HEREDIA, Trophées, 1893, p. 52). « La mobilisation n'est pas la guerre... » — « Vous entendez, Jacques », souffla Jenny, d'une voix qui frémissait d'espoir (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 611) :
3. À force de lui presser le bouton, de la persécuter d'horribles prières et d'extravagantes menaces, j'arrachais à ma toute chère des aveux qui me faisaient frémir de rage, de honte et de volupté : je me faisais initier aux affreux mystères de ses amours anciennes...
MILOSZ, Amour. initiation, 1910, p. 106.
SYNT. Frémir d'aise, d'angoisse, de désir, d'émotion, d'épouvante, d'impatience, d'indignation, de joie, de peur, de plaisir.
Rem. Le subst. introd. par de n'est pas précédé de l'art. ou est précédé de l'art. indéf. un/une et suivi d'un adj. Ce compl. ne peut être remplacé par un pronom.
b) [Le compl. prép. de (ou plus rarement à, devant ou sur (vieilli), infra rem.) est un subst. ou un inf. désignant un fait réel ou possible] Ressentir vivement (avec indignation, peur, plaisir, etc.). Tout l'auditoire a frémi de son intrépidité, et une rumeur sourde a couru parmi les pairs et dans les tribunes (M. DE GUÉRIN, Corresp., 1830, p. 37). Mais à peine avais-je parlé que je frémis de ma bêtise. (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 1, 1870, p. 461) :
4. En rentrant, j'ai senti un grand besoin de manger d'un pâté de venaison et de boire du vin blanc; mes lèvres en frémissaient et mon gosier séchait. Oui, j'en étais malade.
FLAUB., Corresp., 1856, p. 114.
[Avec un infinitif] Ressentir vivement le fait, la pensée de, que. Vous eussiez frémi de voir ces faces humaines, aux yeux caves et cernés qui semblaient ne rien voir (BALZAC, Peau chagr., 1831, p. 190). Un instant suspendue entre le ciel et les abîmes, j'ai frémi d'être forcée de me retourner pour revenir sur mes pas (SAND, Lélia, 1839, p. 491).
Rem. 1. Autres constr. prép. a) Frémir à. Il frémissait aux dénoûments nocturnes interrompus par la froide épée d'un mari (BALZAC, op. cit., p. 20). Je frémis à songer que, plus tard, quelque Taine jugera notre société d'après les pièces de Bernstein et de Bataille (GIDE, Journal, 1918, p. 658). b) Frémir devant. Je frémis devant le degré où je puis être impitoyable (DU BOS, Journal, 1927, p. 292). c) Frémir sur (vieilli). Je gagnai mon gîte à pas redoublés, frémissant sur le danger que je venais de courir (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 280). 2. Le compl. est gén. déf. et peut être pronominalisé.
c) [Constr. avec les 2 compl. prép. (supra)] Comment l'homme peut-il les manger impitoyablement ces charmants animaux qui le caressent jusqu'au moment où il leur plonge le couteau dans la gorge? de grands philosophes en ont frémi d'horreur (DUSAULX, Voy. Barège, t. 1, 1796, p. 163). J'en frémis de joie, de ton amour (FLAUB., Corresp., 1846, p. 396).
2. [P. ell. des compl. prép.]
a) [Le suj. désigne une partie du corps] Être agité d'un léger tremblement (provoqué par une sensation ou un sentiment). (Quasi-)synon. palpiter. Les naseaux [du taureau] frémissaient, pleins d'une eau opaline comme les trous qu'on fait dans les plages (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p. 526). Ses yeux s'ouvrirent, démesurés. Sa bouche frémit. Et soudain elle poussa un grand cri (ROY, Bonheur occas., 1945, p. 459) :
5. ... Jenny se mit à trembler. Elle regardait fixement le tapis. Les coins de sa bouche frémissaient imperceptiblement. Jacques retenait son souffle, en proie à un bouleversement que, une minute plus tôt, il n'eût pas cru possible. Ils relevèrent les yeux en même temps. Leurs regards se heurtèrent; une même stupeur, une même angoisse, dilataient leurs prunelles.
MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936 p. 168.
Rem. Frémir de + subst. désignant et qualifiant le frémissement. La baigneuse bougeait, le ventre avait frémi d'une onde légère (ZOLA, Œuvre, 1886, p. 244).
b) [Le suj. désigne un être animé; avec ou sans idée de tremblement physique] Ressentir vivement un trouble physique et/ou émotif. Pâlir et frémir; frémir de tout son corps, de tous ses membres. Quasi-synon. frissonner. Les derniers grondements des basses (...) firent frémir les auditeurs jusque dans leurs cheveux (BALZAC, Langeais, 1834, p. 203). Le cheval frémissait, hennissait, piétinait, s'impatientait, levait le pied... (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 5, 1859, p. 250). J'ai frémi pour vous en voyant la position dans laquelle vous vous êtes trouvé (TOCQUEVILLE, Corresp. [avec Gobineau], 1859, p. 299).
Loc. (marquant le haut degré de l'indignation, la peur). C'est à faire frémir, [subst.] + à faire frémir. Une princesse Palatine, duchesse d'Orléans, nous écrivant de Versailles des crudités à faire frémir (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 2, 1862, p. 361). L'état de délabrement physique, et surtout moral, dans lequel a pu tomber ce pauvre petit, sans qu'il y paraisse à vos yeux, mais c'est à faire frémir! (MARTIN DU G., Thib., Pénitenc., 1922, p. 730).
Prononc. et Orth. :[], (il) frémit []. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1100 « s'agiter, vibrer, retentir (vent, arbres, armes) » (Roland, éd. J. Bédier, 3484); 1re moitié XIIe s. en parlant d'une pers. (Psautier de Cambridge, 34, 17 ds T.-L. : fremisseient encuntre mei ot lur denz [frendebant contra me deatibus suis]); ca 1160 id. « s'agiter convulsivement sous l'empire d'une émotion, de la peur » (Eneas, 1233, ibid.). Du lat. vulg. , class. « faire entendre un bruit sourd, retentir, murmurer, frémir ». Fréq. abs. littér. :2 391. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 4 439, b) 3 484; XXe s. : a) 3 682, b) 2 296. Bbg. QUEM. DDL t. 2.

frémir [fʀemiʀ] v. intr.
ÉTYM. V. 1120; lat. pop. fremire, du lat. class. fremere « gronder, faire du bruit ».
1 (V. 1360). Vx. Gronder (êtres vivants); retentir (choses). → Airain, cit. 3.
1 (…) dans les combats, ils (les phoques) rugissent et frémissent comme le lion (…)
Buffon, Hist. nat. des animaux, Les phoques, addition à l'article…, in Œ., t. III.
S'agiter bruyamment, en parlant d'une foule affairée, émue ou irritée. → Caisse, cit. 2; faubourg, cit. 2.
2 (Sujet n. de chose). Mod. Être agité d'un faible mouvement d'oscillation ou de vibration qui produit un son léger, confus. || Les peupliers frémissent au vent. Bruire, frissonner (→ Étourdissement, cit. 2). || Le vent frémit dans le feuillage (Académie). || L'air frémit avant l'orage. || La cloche frémit longtemps encore après avoir sonné. || Les cordes du violoncelle frémissent sous l'archet. Vibrer. || Les vitres frémissent au passage des lourds camions. || Le parquet frémit sous ses pas pesants. Trembler (→ aussi Écouter, cit. 29). Spécialt (→ ci-dessous, cit. 4). Se dit d'un liquide sur le point de bouillir. Frissonner. || L'eau frémit avant de bouillir.
2 (…) j'entends le grand tulipier, qui est sous ma fenêtre, frémir au vent.
Flaubert, Correspondance, 112, 4 août 1846.
3 Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige.
Baudelaire, les Fleurs du mal, Spleen et idéal, XLVII.
4 Déjà, nous écoutions frémir l'eau dans la panse du samovar.
Colette, Prisons et Paradis, p. 150.
5 L'express de 22 heures passa, et toute la vieille maison tressaillit : les planchers frémirent (…)
F. Mauriac, Génitrix, I.
(1721, in D. D. L.). Cuire lentement à la limite de la température d'ébullition. Mijoter. || Lors de la cuisson des poissons au court-bouillon, il faut éviter l'ébullition et seulement laisser frémir.
S'agiter très légèrement sans bruit perceptible. || Drapeau, guirlande, rideau, voile qui frémissent à la brise.
6 (…) Et rougit quand son front sent frémir vos cheveux Dont la brise lascive éparpille une tresse
Baudelaire, Premiers poèmes, « Sonnet cavalier ».
7 (…) comme c'est étrange, tout tremble. L'horizon tremble. Les voiles de l'estrade frémissent. Un frisson — regardez — court dans la peau de Cantaor. Mon Galgo — regardez — a un spasme qui ne s'arrête jamais, même quand il dort, dans le muscle de la cuisse postérieure droite : on croirait le clignotement éternel de la mer. Et à cette heure, vous le savez, les taureaux frissonnent du flanc contre les mouches.
Montherlant, les Bestiaires, 1926, p. 419 (in T. L. F.)
3 (Le sujet désigne un être animé). Être agité d'un tremblement causé par une émotion, une sensation (→ Effroyable, cit. 2). Frissonner, trembler. || Frémir de la tête aux pieds (→ Casser, cit. 16). || Frémir de tout son corps, de tous ses membres.Par métaphore. || « Un frisson de vent fait frémir sa peau » (de la mer). → Chatouiller, 2.2.
Frémir à la vue d'un ennemi (→ Coutume, cit. 3), d'un spectacle affreux (→ Aspect, cit. 6; fanatisme, cit. 1). || Ils frémirent en entendant ce cri (cit. 7). || Sa main, sa voix frémit.
8 Vous qu'on voyait frémir au seul nom d'Andromaque ?
Racine, Andromaque, IV, 2.
9 Jamais les deux amants ne s'entendirent mieux qu'en ce moment; et plus d'une fois ils sentirent le bout de leurs doigts frémir et trembler lorsque les lois de la contredanse les mariaient.
Balzac, le Bal de Sceaux, Pl., t. I, p. 111.
10 Blême et les poings crispés, il frémissait comme une harpe dont les cordes vont éclater.
Flaubert, Salammbô, XI.
11 (…) une voix puissante, grave et qui, soudain, s'était prise à frémir.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, VIII, III.
12 Le froid le tira de cette hébétude douce. Il frémit tout entier et ses dents claquèrent (…)
F. Mauriac, Génitrix, XVIII.
13 Il frémit, haletant d'effroi, et se mit à hurler.
J. Green, Léviathan, I, V.
Être secoué d'un tremblement convulsif (→ Brûler, cit. 39). Frémissement.
4 Frémir de (et nom) : ressentir une vive agitation morale sous l'action de. || Frémir de colère, de crainte, d'épouvante, de honte, d'indignation, de joie, de peur, de plaisir, de terreur. Frémissant.
14 Tu frémiras d'horreur si je romps le silence.
Racine, Phèdre, I, 3.
15 Si je te touche seulement du bout des doigts, tout mon corps frémit de plaisir.
Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie, p. 60.
16 (…) un courant de haute tension, qui la faisait osciller (la foule) au commandement de l'orateur, frémir de fraternité ou de colère, d'indignation ou d'espoir, frémir comme une harpe au vent.
Martin du Gard, les Thibault, t. VII, p. 56.
(Avec deux compl. introduits par de) :
16.1 J'en frémis de joie de ton amour.
Flaubert, Correspondance, in T. L. F.
(Avec de et l'infinitif) :
17 Je frémirais de porter la main sur tes chastes attraits (…)
Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse, I, V.
18 Vous eussiez frémi de voir ces faces humaines, aux yeux caves et cernés qui semblaient ne rien voir.
Balzac, la Peau de chagrin, in T. L. F.
Absolt. Frémir d'horreur. || Des histoires à faire frémir. || C'est à faire frémir ! : c'est horrible.
tableau Verbes exprimant une idée de mouvement.
DÉR. Frémissant, frémissement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • fremir — FREMIR. v. n. Estre emeu avec quelque espece de tremblement, causé par la crainte ou par quelque autre passion. Je fremis quand j y pense. fremir d horreur. fremir d effroy. fremir de crainte. fremir de colere, fremir d indignation. Fremir, se… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • fremir — Fremir, Fremir de peur, Tremere, Horrere, Horrescere. Semble qu il vient de Fremere, ou Tremere. Fremir de courroux. Tout le sang me fremit …   Thresor de la langue françoyse

  • fremir — v. tr. 1. Estremecer; vibrar; tremer. 2.  [Figurado] Perturbar se; alvoroçar se de alegria, cólera, pavor. 3.  [Por extensão] Murmurar. 4. Bramir …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • frémir — (fré mir) v. n. 1°   Produire un bruit par l agitation de ce qui a beaucoup de parties. J entends frémir les flots irrités. Le feuillage frémit.    Il se dit, par extension, de tout grand bruit. •   S il querelle les vents, ils n osent plus… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • FRÉMIR — v. n. Être ému avec quelque espèce de tremblement, par l effet de la crainte, de l horreur, de la colère ou de quelque autre passion. Je frémis quand j y pense. Ce récit fait frémir. C est à faire frémir. Je frémis du péril où tu cours. Je… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • frémir — vi. , être agité d un tremblement ; trembler de crainte, de peur, de colère, d horreur, de froid, d émotion : grèvolâ vi. (Albanais.001), groulâ (Billième) ; fremi gv.3 (Arvillard.228b), frémi (001, Aix, Chambéry.025), frèmi (Villards Thônes.028) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • FRÉMIR — v. intr. Faire entendre une succession de petits bruits, de tremblements. Le vent frémit dans le feuillage. La mer frémit. En parlant d’un Liquide qui va bouillir, L’eau frémit dans la bouilloire. Il signifie aussi Faire entendre des vibrations.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • fremir — fre|mir Mot Agut Verb intransitiu …   Diccionari Català-Català

  • rémir — frémir …   Dictionnaire des rimes

  • trembler — [ trɑ̃ble ] v. intr. <conjug. : 1> • v. 1120; lat. pop. °tremulare, de tremulus « tremblant », de tremere « trembler » 1 ♦ Être agité par une suite de petites contractions involontaires des muscles. ⇒ frémir, frissonner. « Ses dents… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.